•  

    Chapitre 43 : Retour aux sources

     

     

     

    Tout redevint normal après cette nuit. Le lundi matin suivant, je m'étais précipité à l'école pour avoir des nouvelles de Phun. C'est là que je l'ai vu devant le bureau des étudiants, un grand sourire sur le visage. C'était comme si rien ne s'était passé. Je m'étais inquiété pour rien.

     

    A partir de ce moment-là, la vie a repris son cours. Phun et moi avions tous les deux plein de projets dont nous devions nous occuper. L'un de ces projets était d'organiser la kermesse de Noël et il m'a quasiment rendu dingue. L'ampli, qui agonisait déjà au Live Contest, a rendu son dernier souffle le jour-même de la fête (tu parles d'un super timing). Ohm et moi avons dû prendre un taxi, aller chez le professeur Whaen et amener son ampli à l'école. (Cette saloperie était tellement lourde qu'on nageait dans notre sueur quand on est revenus). Phun a été occupé aussi vu que des cadets se sont battus (sérieux, les mecs?). C'est lui qui est intervenu pour les séparer, les conduire à l'infirmerie puis à l'administration pour qu'ils puissent écrire des mots d'excuse à leurs parents, et il a même dû rester attendre pendant qu'ils se faisaient sermonner. Tout ça a bien pris une demi-journée. Quelle plaie pour lui. Heureusement, on a finalement pu avoir du temps libre pour profiter de la kermesse (qui allait bientôt fermer) tous les deux ^___^

     

     L'Angels Gang était hilarant. Ils avaient décidé de tenir un stand où on pouvait lancer des balles sur une personne assise en suspension au-dessus d'un bac d'eau pour la faire tomber dedans. Phun et moi avons joué à ça un bon moment. (Un bon paquet d'entre eux est tombé dans la flotte. C'était très jouissif, voilà ce qui arrive quand on passe son temps à me casser les couilles). Mais ensuite, des Angels nous ont traîné à l'arrière du stand. Ils m'ont attaché à l'une des cibles et je suis devenu la victime. (Hey ! Vous auriez au moins pu demander si je voulais le faire ou non!). J'ai essayé de me défiler, je le jure, mais ils ne voulaient rien entendre. Quel genre de travelo sont ces types, bordel ? Comment ça se fait qu'ils aient autant de force ? (C'était flippant. S'ils voulaient abuser de moi, je ne pourrais absolument pas me défendre). Phun, lui, n'en avait pas grand chose à faire. Il riait et n'a opposé aucune résistance quand ils l'ont attaché lui aussi. Juste après, c'est Earn que j'ai vu subir le même sort.

     

    La kermesse est devenue encore plus amusante après ça. Tout le monde s'est rué dans cette partie des stands pour participer aux différents jeux. (Je vous aurai, la prochaine fois). Tous ceux qui avaient été harcelés par le conseil des étudiants pour qu'ils écrivent des mots à leurs parents après avoir enfreint le règlement se sont mis à la file devant le bac de Phun et la queue allait aussi loin que je pouvais voir. (Ils auraient probablement préféré que ce soit Fi mais il était aux abonnés absents. Je suppose qu'il savait qu'il risquait sa peau en venant). Puis ceux de la Cheer Team qui avaient dû nettoyer les gradins pour le match vinrent se venger sur leur président. Et moi, vous vous demandez ? Ce connard d'Ohm avait rameuté un groupe de membres du club de musique. Quel bâtard!).

     

    Mais tout compte fait, c'était vraiment marrant. J'étais tellement trempé à la fin que j'ai dû aller m'acheter un autre t-shirt. J'avais eu raison de dire à Yuri de ne pas venir, je n'aurais pas eu de temps à lui consacrer. Et exactement comme je l'avais pensé, j'ai effectivement été pris toute la journée.

     

    Si vous vous demandez si j'en sais plus au sujet de Phun et Aim,je vais être honnête, je ne sais toujours pas ce qu'ils se sont dit cette nuit-là. Par contre, je sais qu'elle sort avec quelqu'un d'autre maintenant (ça a été rapide, putain), qui va aux mêmes cours du soir que moi même s'il n'est pas dans notre école. Je ne le connais pas personnellement, je l'ai juste vu une ou deux fois à Siam avec Aim, bras-dessus bras dessous. Et écoutez, pas que je prenne le parti de Phun, mais je trouve qu'il est largement plus beau que ce type (ah ah). Au début, Yuri se plaignait de Phun du matin au soir parce qu'il avait brisé le cœur de sa meilleure amie. Je n'ai pas cherché à la détromper vu que je ne savais pas vraiment quoi dire. Mais finalement, elle a vu qu'Aim s'était trouvé quelqu'un d'autre en un clin d’œil et a arrêté de parler de ça. Je pense qu'elle a commencé à plus ou moins comprendre ce qu'il s'était réellement passé.

     

    Phun n'avait pas l'air aussi touché que la première fois qu'ils avaient rompu. Il a essayé de faire comme si tout était parfaitement normal. Je dis « essayé » parce que même quand il riait ou souriait, il y avait toujours un moment où il finissait par se soustraire à la conversation et à aller s'asseoir tout seul sur un banc, l'air mélancolique. Parfois, il était complètement perdu dans ses pensées et ne remarquait plus ce qu'ils se passait autour de lui. Mais il était déterminé à aller mieux. Une semaine après, je l'ai entendu éclater de rire et depuis il s'est remis à se comporter comme le chieur qu'il est. Ses bizarreries ont cessé.

     

    Quant à moi, j'ai été très occupé à nettoyer tous les instruments du club. Il y a en a une tonne et ils étaient vraiment crades. Il faut vraiment qu'on en prenne mieux soin. Soupir.

     

    « Putain, Ngoi ! Ajuste les cordes du violon d'abord où elles vont se péter ! » hurle Ohm à l'esclave du club.

     

    Ngoi avait commencé à nettoyer un violon sans détendre ses cordes au préalable. Si elles se rompent, je te vends au premier bar gay que je trouve pour pouvoir payer la réparation. Mais je ne suis pas sûr qu'on m'en offrira assez pour couvrir les frais.

     

     

    La salle du club est pleine à craquer. C'est une de nos traditions que d'organiser un grand nettoyage au début de l'année. En plus, les gars sont là pour entretenir les instruments qu'ils utilisent personnellement. Moi je range un peu tout ce qui me tombe sous la main, ce qui n'est pas terrible vu que ça signifie que je vais finir par aider tout le monde et m'occuper de toute la pièce.

     

    « Je n'ai pas peur des matins qui viennent

     J'ai juste peur qu'ils ne viennent jamais

     Même s'il est très tôt

     Je peux le supporter »

     

    Ne partez pas en courant. J'ai simplement changé ma sonnerie une nouvelle fois, hé hé hé. C'est une chanson de Leo Putt. J'attrape mon portable sans vérifier qui m'appelle au préalable (En fait, je l'avais laissé par terre et ça vibrait tellement fort que ça m'a terrifié). Malgré tout, je sais très bien qui est au bout du fil.

     

    « Où es-tu bon sang ? »

     

    C'est le pauvre secrétaire du Conseil des étudiants abandonné. Il me colle comme un chewing-gum depuis qu'il a rompu avec sa copine.

     

    «Au club de musique. Et toi ? » lui dis-je en tenant le portable entre ma joue et mon épaule vu que je dois cirer les flûtes en même temps. Je peux l'entendre feuilleter des papiers.

     

    « Au bureau. Donc tu es toujours au lycée ? Tu viens me tenir compagnie ? »

     

    Vous voyez le truc ? Phun se sent vraiment seul. Dernièrement, il m'invite sans arrêt à venir le rejoindre, à un tel point que je suis devenu un membre honorifique du Conseil des étudiants maintenant. Mais là, je ne peux vraiment pas aller le voir vu tout ce que j'ai à faire.

     

     « Je peux pas. Je nettoie les instruments.

     - Amène-les alors »

     

    T'es sérieux ? Tu veux que traîne une contrebasse, un trombone et un piano électrique jusqu'au bureau du Conseil des étudiants ?!

     

     «  Hilarant. Qu'est-ce que tu fais, d'ailleurs ? »

     

     Je l'entends encore tourner des pages.

     

    « Je contrôle la répartition du budget pour le premier trimestre. J'ai l'impression d'avoir un marteau qui cogne à l'intérieur de ma tête ».

     

     J'ai demandé ce que tu faisais pas comment allait ta tête. Il faut vraiment qu'on s'intéresse à lui pour qu'il soit content, celui-là. Ne pense pas que le Noh que tu as en face de toi va compatir.

     

    « Toi, amène tes dossiers là, alors. Et dépêche-toi avant d'en être à voir des fantômes », lui dis-je avant de raccrocher.

     

    Moins de dix minutes plus tard, la haute figure de Phun Phumipat se tient à côté de la porte, tout sourire. Tu t'étais déjà préparé à venir ici avant que je te le propose, hein ?

     

    « P'Phun ! Salut ! » l'accueillent certains des cadets.

     

    Pour dire vrai, Phun est tellement souvent venu ici qu'il est quasiment considéré comme un membre du club. Je me retourne pour le voir les saluer de son beau visage. Il vient s'asseoir à côté de moi, trois gros classeurs dans les mains.

     

    « C'est sûr qu'il y a plus d'animation, ici » dit-il en ouvrant un des classeurs.

     

    Il aurait pu continuer à travailler si quelqu'un ne s'était pas mis à aboyer.

     

    « Qu'est-ce que c'est ce bordel, Phun ? J'aurais pensé que ton bureau était beaucoup plus confortable pour bosser. Je me demande bien pourquoi tu as ressenti le besoin de venir jusqu'ici... »

     

    Je n'ai pas besoin de préciser qui a dit ça, n'est-ce pas ? Il est toujours comme ça. Il ne se fatigue jamais, franchement ? A faire ce genre de commentaire tout le temps.

     

    « Ne dis pas ça, p'Ohm. P'Phun trouve cette pièce plus confortable...émotionnellement.

     - Ouuuuuh ! »

     

    Putain, Per ! Tu ne vas pas t'y mettre toi aussi ?! Mais en plus, tout le monde dans la salle s'arrête de nettoyer et se met à siffler. C'est terminé. Ma vie est finie. Je fais des doigts d'honneur à à peu près tout le monde dans la pièce alors que Phun ricane.

     

    « Il a raison, tu sais...

     - Ouuuuuuuuuuuh ! »

     

     T'es sérieux, là ? T'entres dans le jeu de ces mecs ? Les « ouh » sont encore plus nombreux maintenant -_- Si je ne venais pas tout juste de nettoyer cette flûte, je la lui aurais écrasée sur la crâne. Ce manège continua un moment avant qu'Ohm n'ait à son tour des problèmes (après tout, nong Mick était dans la pièce). Finalement, on retourna tous à notre ménage, chacun à sa tâche.

     

     Phun a mis des lunettes et se concentre désormais sur sa calculette à côté de moi. Il semble totalement pris dans le calcul du budget. Je le vois rarement porter des lunettes (il m'a dit qu'il n'en avait besoin que quand il avait beaucoup de choses à lire) mais je pense vraiment qu'il a l'air trop cool avec.

     

    « Qu'est-ce que tu regardes ? Je suis sexy, hein ? »

     

    Bon dieu, ce connard a des couilles pour sortir un truc pareil. Je fronce les sourcils en lui décochant un regard noir alors qu'il me renvoie une expression moqueuse. J'ai envie d'attraper quelque chose et de la lui jeter à la gueule.

     

    « Ouais, aussi sexy que mes petites peaux de pied ».

     

    Hé hé. A ce moment-là, je me sens en mesure de dire des trucs comme ça, aussi. Phun hausse les épaules comme s'il choisissait d'ignorer ce que je venais de dire et se remet à pianoter sur sa calculatrice.

     

    « Je n'ai pas peur des matins qui viennent

     J'ai juste peur qu'ils ne viennent jamais

     Même s'il est très tôt

     Je peux le supporter »

     

    Leo Putt recommence à chanter bruyamment depuis mon portable. Je tressaille une nouvelle fois mais Phun est plus rapide que moi : il regarde ce qui s'affiche avant que je ne puisse le faire. Le nom et la photo de Yuri illuminent l'écran. Ses yeux se posent sur moi alors que je réponds à l'appel.

     

     « Oui. Quel jour c'est ? Ah, demain ? Oui, oui, bien sûr »

     

    Je sens toujours le regard de Phun sur moi. Pourquoi il me fixe comme ça, franchement ?

     

    « On peut se donner rendez-vous à Siam, alors. Je serai peut-être un peu en retard, cela dit. D'accord, à plus tard ».

     

    « Alors comme ça tu es pris, demain ? » me demande Phun immédiatement après que j'ai raccroché. Je me retourne pour le regarder, l'air confus.

     

    « Ben ouais, je viens juste de faire des projets. Pourquoi ?

     - Pour rien... » répond-il avant de retourner à son travail sans me prêter la moindre attention.

     

     Qu'est-ce qu'il lui arrive ?

     

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

     

    Après avoir dû rester assis à écouter les plaintes et gémissements de Yuri hier, je me suis rapidement occupé de la requête du couvent. Ils nous ont sollicités pour qu'on joue à leur cérémonie de fin d'année. On s'était déjà produit en milieu d'année et il semblerait qu'on va y retourner très prochainement, je suppose que ça signifie qu'ils ont vraiment aimé notre prestation. C'était un petit trop agité pour moi mais c'était pas si mal non plus vu que les professeurs ont autorisé un nouveau concert. Tout ce qu'il nous reste à faire, c'est de décider de qui va jouer. Je quitte la station BTS à Siam à presque 17h. Je cours jusqu'au Starbucks où Yuri a dit qu'elle m'attendrait. Elle m'a appelée hier en faisant un scandale parce qu'elle ne m'avait pas vu depuis le Nouvel an, donc j'ai décidé de sortir avec elle aujourd'hui.

     

     « Désolé d'avoir été si long ».

     

     Je m'excuse rapidement mais elle me fait un sourire doux.

     

     « Ça n'a pas été si long. Je pensais que tu arriverais plus tard, en fait » me répond-elle en rangeant le livre qu'elle lisait dans son sac. Puis elle se lève et place son bras en dessous du mien alors qu'on quitte le café ensemble.

     

     « On va manger quelque chose ? Tu dois retourner chez toi tôt, aujourd'hui ? 

     - Je ne suis jamais pressé de retourner chez moi, mais ce n'est pas bon pour toi de rentrer trop tard, tu sais »

     

     Je lui rappelle mon intérêt pour son bien-être mais il est clair qu'elle ne m'écoute pas. On déambule dans le quartier et on se retrouve à Hong Kong Noodle vu que Yuri a dit qu'elle voulait manger des raviolis aux crevettes et que ça me tentait bien moi aussi. Le serveur apporte un verre e thé glacé pour Yuri.

     

    « Hé, j'ai entendu que ton club allait donner un nouveau concert à mon école bientôt ? ».

     

    J'opine du menton.

     

     « Oui, l'assemblée vient juste de donner son accord. Quel genre d'événement organise ton école ?

     - Juste une journée portes-ouvertes. Je suis trop contente de pouvoir te réentendre chanter ! » me dit-elle, un grand sourire plaqué sur le visage.

     

     Je lui souris en retour.

     

    «  Je ne chanterai peut-être pas. Il faut qu'on décide de ça tous ensemble, d'abord. Si un autre groupe est prêt à jouer, je ne monterai pas sur scène

     - Ooooooooooooh »

     

    Elle laisse échapper un profond soupir de dépit. Je ne peux m'empêcher de passer ma main dans ses cheveux pour la décoiffer, dans un geste d'affection. De gros bols de soupe de nouilles arrivent bientôt sur notre table, ainsi que le riz fris au crabe et le canard rôti qu'on a commandés. Yuri mange, tout en se plaignant des raviolis, qui sont trop gros pour être ingurgités correctement. Pourtant, je me souviens que c'est elle qui voulais tant manger des raviolis (alors pourquoi elle râle, maintenant?). C'est mignon de la voir se débattre pour les avaler, cela dit. Finalement, elle m'en donne un pour que je puisse les finir. Alors qu'on a presque fini notre dîner, j'entends un groupe de filles débarquer. Je ne m'y intéresse pas (étant donné que je suis concentré sur ma nourriture), jusqu'à ce que Yuri sourie et les salue.

     

    « Oh, Yuri. Tu as un rendez-vous ? »

     

    Une fille avec des tresses s'approche, suivie par d'autres qui entourent bientôt notre table. Hem, ça fout un peu les jetons.

     

    « Oui et je ne vais pas vous laisser nous interrompre, hé hé ! » dit Yuri, son sourire atteignant maintenant ses oreilles. Je dis bonjour à tout le monde. On dirait qu'elle me dévisagent, ou alors c'est moi qui imagine des trucs ?

     

    « Ça doit être Noh. T'es vraiment quelqu'un, Yuri. On criait toutes pour attirer son attention au concert l'année dernière et finalement elle l'a attrapé en douce et gardé pour elle toute seule.

     - Mais oui...Elle t'a jeté un sort ou quoi ? »

     

     Les filles jouent à taquiner Yuri mais je remarque qu'elle ne semble pas partager leur amusement.

     

    « Hilarant. Vous feriez bien de faites gaffe.

     - Ça ne s'est pas passé comme ça »

     

     

    J'interviens avec un sourire pour aider Yuri. Elles laissent tomber le sujet et parlent de la pluie et du beau temps avant de finalement nous quitter pour rejoindre leur table. C'est à ce moment-là que je peux clairement voir que Yuri est fâchée.

     

    «  Quelque chose ne va pas, Yu ? »

     

    Elle remue la tête.

     

     « Non...finissons et partons, Noh ».

     

     C'était bien mon intention (vu que je voulais voir pour des livres à Kinokuniya (1)) mais maintenant que je l'entends dire ça, je me presse d'autant plus.

     

    Juste au moment où on finit nos plats, le son d'une chaise que l'on tire nous fait laver la tête de nos assiettes.

     

    « Salut »

     

     C'est une des filles de tout à l'heure. Elle s'assied à côté de nous. Elle me sourit ce qui fait avoir une expression amère à Yuri.

     

    « Sa...salut ».

     

     Je n'ai pas d'autre choix que de lui répondre même si je sais que Yuri préférerait que je ne le fasse pas.

     

    « Tu es le président du club de musique de cette année, hein ? Je suis aussi membre du club de musique de mon école ».

     

    Elle commence à me faire la conversation et je me demande si elle est supposée être l'amie de Yuri ou la mienne. Mais je ne peux pas me montrer impoli et l'envoyer balader.

     

    « Ah... ?

    - J'ai entendu dire que tu jouais vraiment bien. Je ne suis pas très bonne avec les instruments. Je pourrais avoir ton numéro pour t'appeler au cas où j'aurais besoin de conseil ? »

     

    Hem...elle attaque, là. Ça me prend par surprise mais comme elle utilise la musique comme prétexte, je ne peux pas vraiment lui dire non étant donné que je suis la président de mon club de musique.

     

    « Euh, c'est 089...hé ! »

     

    Yuri me met un coup de pied dans le tibia juste au moment où je m'apprête à donner mon numéro. Mais elle me frappe ! Mon agresseuse se retourne vers la fille qui nous a rejoints et lui adresse un sourire mielleux.

     

    « Tu peux me demander si tu as la moindre question. Je la transmettrai à Noh. L’addition, s'il-vous-plaît ! ».

     

    Je suis franchement confus quant à ce qu'il vient de se passer mais je tends un billet au serveur qui s'amène immédiatement avec la note.

     

     « C'est pour moi » dit Yuri en se tournant de nouveau vers l'autre fille, un grand sourire sur le visage.

     

    Elle a l'air extatique.

     

     « On va y aller, à bientôt » dit-elle avant de reprendre mon bras.

     

    On quitte le restaurant ensemble.

     

    Hum...Je crois que je commence à comprendre.

     

    A suivre...

     

     

     

    (1) chaîne japonaise de grandes librairies

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Juin 2016 à 04:24

    Merci pour ce chapitre bon courage pour la suite. 

    2
    eric lacharme
    Lundi 6 Juin 2016 à 22:49

    la suite ?? svp !!!!!!! cry

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Mercredi 8 Juin 2016 à 00:13

    Merci pour vos commentaires ! La suite arrivera probablement lundi prochain !

    4
    eric lacharme
    Jeudi 9 Juin 2016 à 00:43

    vais pas pouvoir attendre !!! jai vue la série en anglais puis en espagnol et la saison 1 en francais ,,,, c est jamais traduit a l identique... et la nouvelle permet de mieux comprendre certains passages non évoqués.... merci !!! c est un super boulot , c est vraiment sympa ...

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :